Skip to main content

1Mazan, M.R., 2015. Update on noninfectious inflammatory diseases of the lower airway. Veterinary Clinics: Equine Practice, 31(1), pp.159-185.

2Burrell, M.H., Wood, J.L.N., Whitwell, K.E., Chanter, N., Mackintosh, M.E. and Mumford, J.A., 1996. Respiratory disease in thoroughbred horses in training: the relationships between disease and viruses, bacteria and environment. Veterinary Record, 139(13), pp.308-313.

3Wasko, A.J., Barkema, H.W., Nicol, J., Fernandez, N., Logie, N. and Léguillette, R., 2011. Evaluation of a risk‐screening questionnaire to detect equine lung inflammation: results of a large field study. Equine veterinary journal, 43(2), pp.145-152.

 

RCV-EQU-0022-2021.4.F

Selon des études, jusqu'à 80 % des chevaux, en particulier les plus jeunes, souffrent d'asthme équin léger à modéré1,2,3. L'asthme équin sévère touche moins de chevaux en général, mais les affecte de manière sérieuse: il provoque de graves dommages aux poumons du cheval et altère considérablement sa qualité de vie. Comment les propriétaires peuvent-ils donc détecter l'asthme équin à un stade précoce afin d'éviter une aggravation de la maladie et de rétablir la qualité de vie du cheval?

La toux peut être un signe avant-coureur

Il est très difficile de détecter les formes légère à modérée de l'asthme équin. Les symptômes sont très subtils. Pour l'œil non entraîné, les chevaux atteints semblent toujours en bonne santé et capables de performer, même dans les sports équestres. Ils ont encore de la force et de l'endurance, mais ils ne peuvent plus atteindre leur plein potentiel. Le signe le plus fiable de l'asthme équin est donc une toux, même si elle n'est pas fréquente. "Parce que les chevaux sont des animaux de fuite, ils cachent instinctivement des signes de maladie. C'est pourquoi les propriétaires de chevaux doivent prendre au sérieux chaque symptôme, aussi petit soit-il, et ne pas hésiter à contacter leur vétérinaire", explique Julius Krawczyk, directeur technique et vétérinaire chez Boehringer Ingelheim. Sans diagnostic et sans traitement ultérieur, l'affection peut s'aggraver et prendre une tournure chronique grave.

Une vie fortement compromise

Dans le cas de l'asthme équin sévère, en revanche, il est évident, même pour les profanes, que le cheval est gravement malade. Par exemple, il essaie d'éviter tout mouvement autant que possible, car cela coûte trop d'énergie. La respiration devient lourde et courte, le cheval manque d'air. Les problèmes respiratoires peuvent provoquer la panique du cheval, et son bien-être en souffre considérablement. "La vie d'un cheval asthmatique est très limitée - tout comme celle des personnes atteintes d'asthme", explique Julius Krawczyk. Comment se développent donc ces troubles graves?

Cause et effet

Dans la majorité des cas, l'asthme équin est causé par une trop grande quantité de poussière dans les écuries, notamment à cause du foin et de la paille. De minuscules particules de poussière pénètrent dans les voies respiratoires et irritent les poumons.
Divers facteurs entraînent alors un rétrécissement des bronches. L'augmentation de la production de mucus rend difficile l'inspiration, et des obstructions bronchiques se produisent également. L'obstruction bronchique se produit lorsque les muscles entourant les voies respiratoires se contractent automatiquement, ce qui laisse passer encore moins d'air. À un stade avancé, il s'ensuit un remodelage des voies aériennes. Les experts appellent ce processus le "remodeling". Entre autres, les fibres de collagène perdent leur élasticité. En conséquence, les poumons ne peuvent plus se dilater comme ils le devraient et absorbent moins d'air qu'auparavant.

Si l'asthme équin est détecté trop tard, même un traitement efficace ne peut pas inverser complètement le processus. Toutefois, avec un traitement approprié, les propriétaires de chevaux peuvent soulager de façon permanente la maladie et améliorer la qualité de vie de leurs chevaux.

Première étape: changer la détention

Pour l'asthme équin léger à modéré et sévère, il convient d'abord d'optimiser les conditions de détention des chevaux. Il faut avant tout éviter l'apparition de poussière, par exemple, en humidifiant le foin ou en remplaçant la paille par des copeaux. De plus, le grenier à foin ne devrait pas se situer directement au-dessus de l'écurie. En sortant le cheval lors du nettoyage des box, les propriétaires évitent que le cheval ne respire la poussière qui est remuée. L'air frais aide également: le cheval devrait passer le plus de temps possible dans le pâturage. On peut aussi envisager une écurie ouverte!

Mais attention: si le cheval en question souffre de la très rare forme d'asthme équin associée aux pâturages d'été (SPAOPD), c'est le contraire qui se produit. Dans ce cas, le cheval doit rester le plus possible dans le box car ce sont les allergènes présents dans le pâturage qui déclenchent cette forme de maladie, et non la poussière.

Lutte contre la maladie

Il est conseillé aux propriétaires de chevaux de contacter leur vétérinaire pour connaître les mesures appropriées à prendre contre l'asthme équin pour leur cheval. L'amélioration des conditions de détention ne suffit pas toujours à elle seule. Votre vétérinaire peut alors avoir recours à d'autres traitements. Malgré l'asthme équin, une vie active est possible pour les chevaux. Les bonnes mesures et la coopération avec votre vétérinaire peuvent prévenir la maladie respiratoire dans de nombreux cas ou améliorer considérablement les symptômes à long terme. On permet ainsi aux chevaux de se sentir mieux et de retrouver leur capacité de performanc.

Asthme équin: toux chez les chevaux

Chaque toux raconte une histoire

La lutte contre l'asthme équin est importante pour améliorer la qualité de vie de nombreux chevaux dans le monde. En effet, l'asthme équin léger à modéré est la deuxième cause la plus fréquente d'intolérance à l'effort. Dans sa forme la plus grave, la maladie affecte le bien-être du cheval, pour la vie. Le bon traitement peut faire toute la différence.

Selon des études, jusqu'à 80 % des chevaux, en particulier les plus jeunes, souffrent d'asthme équin léger à modéré1,2,3. L'asthme équin sévère touche moins de chevaux en général, mais les affecte de manière sérieuse: il provoque de graves dommages aux poumons du cheval et altère considérablement sa qualité de vie. Comment les propriétaires peuvent-ils donc détecter l'asthme équin à un stade précoce afin d'éviter une aggravation de la maladie et de rétablir la qualité de vie du cheval?

La toux peut être un signe avant-coureur

Il est très difficile de détecter les formes légère à modérée de l'asthme équin. Les symptômes sont très subtils. Pour l'œil non entraîné, les chevaux atteints semblent toujours en bonne santé et capables de performer, même dans les sports équestres. Ils ont encore de la force et de l'endurance, mais ils ne peuvent plus atteindre leur plein potentiel. Le signe le plus fiable de l'asthme équin est donc une toux, même si elle n'est pas fréquente. "Parce que les chevaux sont des animaux de fuite, ils cachent instinctivement des signes de maladie. C'est pourquoi les propriétaires de chevaux doivent prendre au sérieux chaque symptôme, aussi petit soit-il, et ne pas hésiter à contacter leur vétérinaire", explique Julius Krawczyk, directeur technique et vétérinaire chez Boehringer Ingelheim. Sans diagnostic et sans traitement ultérieur, l'affection peut s'aggraver et prendre une tournure chronique grave.

Une vie fortement compromise

Dans le cas de l'asthme équin sévère, en revanche, il est évident, même pour les profanes, que le cheval est gravement malade. Par exemple, il essaie d'éviter tout mouvement autant que possible, car cela coûte trop d'énergie. La respiration devient lourde et courte, le cheval manque d'air. Les problèmes respiratoires peuvent provoquer la panique du cheval, et son bien-être en souffre considérablement. "La vie d'un cheval asthmatique est très limitée - tout comme celle des personnes atteintes d'asthme", explique Julius Krawczyk. Comment se développent donc ces troubles graves?

Cause et effet

Dans la majorité des cas, l'asthme équin est causé par une trop grande quantité de poussière dans les écuries, notamment à cause du foin et de la paille. De minuscules particules de poussière pénètrent dans les voies respiratoires et irritent les poumons.
Divers facteurs entraînent alors un rétrécissement des bronches. L'augmentation de la production de mucus rend difficile l'inspiration, et des obstructions bronchiques se produisent également. L'obstruction bronchique se produit lorsque les muscles entourant les voies respiratoires se contractent automatiquement, ce qui laisse passer encore moins d'air. À un stade avancé, il s'ensuit un remodelage des voies aériennes. Les experts appellent ce processus le "remodeling". Entre autres, les fibres de collagène perdent leur élasticité. En conséquence, les poumons ne peuvent plus se dilater comme ils le devraient et absorbent moins d'air qu'auparavant.

Si l'asthme équin est détecté trop tard, même un traitement efficace ne peut pas inverser complètement le processus. Toutefois, avec un traitement approprié, les propriétaires de chevaux peuvent soulager de façon permanente la maladie et améliorer la qualité de vie de leurs chevaux.

Première étape: changer la détention

Pour l'asthme équin léger à modéré et sévère, il convient d'abord d'optimiser les conditions de détention des chevaux. Il faut avant tout éviter l'apparition de poussière, par exemple, en humidifiant le foin ou en remplaçant la paille par des copeaux. De plus, le grenier à foin ne devrait pas se situer directement au-dessus de l'écurie. En sortant le cheval lors du nettoyage des box, les propriétaires évitent que le cheval ne respire la poussière qui est remuée. L'air frais aide également: le cheval devrait passer le plus de temps possible dans le pâturage. On peut aussi envisager une écurie ouverte!

Mais attention: si le cheval en question souffre de la très rare forme d'asthme équin associée aux pâturages d'été (SPAOPD), c'est le contraire qui se produit. Dans ce cas, le cheval doit rester le plus possible dans le box car ce sont les allergènes présents dans le pâturage qui déclenchent cette forme de maladie, et non la poussière.

Lutte contre la maladie

Il est conseillé aux propriétaires de chevaux de contacter leur vétérinaire pour connaître les mesures appropriées à prendre contre l'asthme équin pour leur cheval. L'amélioration des conditions de détention ne suffit pas toujours à elle seule. Votre vétérinaire peut alors avoir recours à d'autres traitements. Malgré l'asthme équin, une vie active est possible pour les chevaux. Les bonnes mesures et la coopération avec votre vétérinaire peuvent prévenir la maladie respiratoire dans de nombreux cas ou améliorer considérablement les symptômes à long terme. On permet ainsi aux chevaux de se sentir mieux et de retrouver leur capacité de performanc.

Asthme équin: toux chez les chevaux

Chaque toux raconte une histoire

La lutte contre l'asthme équin est importante pour améliorer la qualité de vie de nombreux chevaux dans le monde. En effet, l'asthme équin léger à modéré est la deuxième cause la plus fréquente d'intolérance à l'effort. Dans sa forme la plus grave, la maladie affecte le bien-être du cheval, pour la vie. Le bon traitement peut faire toute la différence.

1Mazan, M.R., 2015. Update on noninfectious inflammatory diseases of the lower airway. Veterinary Clinics: Equine Practice, 31(1), pp.159-185.

2Burrell, M.H., Wood, J.L.N., Whitwell, K.E., Chanter, N., Mackintosh, M.E. and Mumford, J.A., 1996. Respiratory disease in thoroughbred horses in training: the relationships between disease and viruses, bacteria and environment. Veterinary Record, 139(13), pp.308-313.

3Wasko, A.J., Barkema, H.W., Nicol, J., Fernandez, N., Logie, N. and Léguillette, R., 2011. Evaluation of a risk‐screening questionnaire to detect equine lung inflammation: results of a large field study. Equine veterinary journal, 43(2), pp.145-152.

 

RCV-EQU-0022-2021.4.F

Pages